Voyage épicé droit devant!!!

Dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire Price Minister j’ai été sélectionné pour lire et chroniquer Petit Piment d’Alain Mabanckou, un livre dépaysant et anecdotique, embarquez on part au Congo …


mabanckou

Info Livre:

Date de parution 20/08/2015

Edition Seuil collection Fiction et Cie

288 pages – 18.50 € TTC

Avis du poussin:

On a plus ou moins entendu parler de ce roman lors de la rentrée littéraire 2015, la personne qu’est Alain Mabanckou m’a intrigué lors de son passage dans La Grande Librairie et c’est pour cela que j’ai souhaité lire son nouveau roman Petit Piment.

Le livre se divise en deux parties pour moi, l’avant Pointe-Noire et l’après Pointe-Noire, durant les 140 premières pages nous allons faire la connaissance d’un orphelin appelé couramment Moïse, abandonné dans un orphelinat de Loango, il nous livre la dureté de son enfance au sein de cet établissement mais aussi des anecdotes qui prêtent à sourire.

Cette partie est certes un peu lente et remplie de description mais elle est nécessaire à la bonne compréhension de la suite et surtout permet de cerner ce jeune homme rempli de bon sentiment et de naïveté qui va devoir affronter une vie dur et sans pitié.

En effet dans la deuxième partie de ce roman nous suivons notre Petit Piment dans sa fuite vers Pointe-Noire, un pseudo Eldorado pour celui qui pense que sa vie était médiocre avant mais qui va s’avérer bien cruelle et perverse.

J’ai eu du mal à comprendre où l’auteur voulait m’emmener jusqu’à la dernière ligne, qui fût un mini séisme pour moi car du coup j’ai eu mille interrogations, Pourquoi? Comment?

Ce livre est surtout une hymne à l’amitié ou plutôt à l’âme-soeur amicale car quelque soit nos routes nous sommes tous reliés quelque part à quelqu’un.

Et au fait pourquoi Petit Piment? Je vous conseille de vous le procurer pour le savoir, le moins que l’on puisse dire c’est que ce surnom est bien trouvé et surtout bien recherché de la part de l’auteur.

piment_blogue-620x300w

Extrait:

Entre Bonaventure et moi c’était l’amitié du paralytique et de l’aveugle. Il marchait pour moi, je voyait pour lui, et quelquefois c’était le contraire. Dès que je ne le voyais pas, je le cherchais partout…

Quatrième de couverture:

Jeune orphelin de Pointe-Noire, Petit Piment effectue sa scolarité dans une institution placée sous l’autorité abusive et corrompue de Dieudonné Ngoulmoumako. Arrive bientôt la révolution socialiste, les cartes sont redistribuées. L’aventure commence. Elle le conduira notamment chez Maman Fiat 500 et ses dix filles, et la vie semble enfin lui sourire dans la gaité quotidienne de cette maison pas si close que ça, où il rend toutes sortes de services. Jusqu’à ce que ce bonheur s’écroule. Petit Piment finit par perdre la tête, mais pas le nord : il sait qu’il a une vengeance à prendre contre celui qui a brisé son destin.

Dans ce roman envoûté et envoûtant, l’auteur renoue avec le territoire de son enfance, et sait parfaitement allier la naïveté et la lucidité pour nous faire épouser le point de vue de ses personnages.

Note du poussin: 3/5 Une lecture agréable et dépaysante 

Extrait: http://www.seuil.com/extraits/9782021125092.pdf

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le poussin littéraire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *