Rencontre avec Ingrid Desjours

image

Première rencontre d’auteur pour Le Poussin Littéraire et ce fut un moment très agréable même si j’étais loin de me sentir comme un poisson dans l’eau.

J’ai donc assisté à la rencontre d’Ingrid Desjours grâce à Babelio dans le cadre de la sortie de son nouveau roman Les Fauves, issue de la nouvelle collection des Editions Robert Laffont La Bête Noire, au passage chapeau pour le titre de la collection ça présage d’avance des frissons.

Une rencontre en toute convivialité à l’image de cette ancienne psycho criminologue qui en ai à son neuvième roman, ça en impose de toute évidence.

L’envie d’écrire ce roman a eu pour élément déclencheur les attentats qui nous ont touchés de pleins fouets en janvier, elle a eu se besoin de témoigner à sa façon, d’exprimer ses craintes. Mais attention se livre a été tout de même préparer, des recherches ont été faites via les médias : journaux, Internet, mais aussi grâce à des témoignages qui ont permis de ne pas prendre parti surtout sur un sujet tel que l’enrôlement des jeunes pour le Djihad. C’est surtout un constat de la jeunesse d’aujourd’hui qui est sans doute plus fragile que les générations précédentes et qui malgré leur hyper consommation matériel essaye de combler un manque affectif. Ce sont donc des proies faciles pour les « community manager du Djihad ». Mais ce livre parle également de la souffrance des militaires ou toutes personnes revenant d’une guerre qui lutte contre le syndrome post-traumatique, un syndrome peu suivi, mais surtout un refus de suivi de la part de ces personnes vivant avec des visions d’horreur, Parler à qui ? De quoi ? Qui comprendra ?

L’auteure nous confie également son ressenti lorsque la fin d’un personnage approche, c’est pour elle un déchirement, mais également une jouissance absolue, serait-elle aux prises de démons intérieurs aussi ?

Pour les novices, comme moi, ce fut l’occasion d’apprendre qu’elle s’est également lancée, sous un pseudo, dans l’écriture de thriller pour adolescents, en effet la trilogie Kaleb signé sous le nom de Mira Eljundir, c’est elle. Une envie d’écrire sans pression médiatique, sans a priori, sans étiquette.

Elle s’essaie également à l’audiovisuel puisqu’elle adapte son roman à succès Tout pour plaire pour le petit écran, c’est pour elle une découverte, un travail différent très codifié, qui demande beaucoup d’attention, ce sera diffusé prochainement sur Arte dans un format 3*52min.

Tout d’un coup, quelque chose se passe dans la salle, un homme sorti d’on ne sait où invective Ingrid Desjours et la menace d’un couteau, tout de suite Ingrid est évacué par l’homme tapi dans l’ombre, qui m’intrigue depuis le départ, et un autre neutralise l’homme dangereux. Nous sommes tous abasourdi, quand on nous rassure, ceci n’est qu’une mise en scène et surtout une prémices à l’entrée de Jérôme S. un consultant en protection d’une société militaire privée qui fut l’appui de l’auteure dans son écriture concernant le personnage de Lars lui-même agent de protection. Sa présence a été un vrai plus et surtout à mis en avant le travail colossal de l’auteur.
image

Fin de l’interview, nous sommes invités à une séance de dédicace accompagnée de petits fours et rafraichissement, l’auteure est attentive à chacun des lecteurs présents, merci à Babelio et surtout merci à vous Ingrid Desjours.

Signé l’auto-spoileuse 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le poussin littéraire

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *