La sélection – Kiera Cass – Robert Laffont

Quatrième de couverture :

Elles sont trente-cinq jeunes filles : la Sélection s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le cœur du prince Maxon, l’héritier du trône. Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l’œil des caméras… Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés…

L’avis du poussin :

Je ne vais pas me faire que des amis en écrivant cette chronique, mais, moi qui hésitais à me glisser dans l’univers young adult, je n’ai pas été convaincu d’y retourner prochainement.

La sélection est un mélange de Hunger games, Divergente et Cie, l’impression de lire une pale dystopie de tout cet univers adulescent. Oui adulescent mot méconnu, mais qui représente la non-progression des adolescents dans l’âge adulte ou l’inverse bref comprendra qui veut. À ce stade, j’ai déjà dû perdre la moitié des lecteurs.

Donc pour parler tout de même de ce livre, plutôt de ce pavé, nous entrons dans un monde dissocié en caste du plus riche ou plus démuni, mais il est temps de trouver une princesse pour le prince héritier, s’ensuit une sélection de 35 jeunes filles, un peu comme un concours de beauté géant, pendant toute la durée du séjour de ces filles au sein du palais leurs familles respectives vont être indemnisées, en gros, on achète des filles, une sorte d’esclavage moderne, belle image pour les lecteurs, je ne suis pas féministe, mais tout de même.

Bien sûr au milieu du roman, on connaît la fin la petite America va tomber dans les bras du prince malgré son ancienne peine de cœur. Le tome 2 n’aura pas mon porte-monnaie.

Désolé pour mon avis tranchant, mais en tant que blogueur, il faut aussi dire quand un livre ne nous plaît pas.

La phrase marquante : Vous réclamez des faveurs si modestes, difficile de vous les refusez

Note du poussin : 2/5 Lecture insipide

Lien vers l’auteur : http://www.kieracass.com/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le poussin littéraire

3 Comments

  1. Je m’attendais à pire ! Je trouve relativement cool dans tes propos. Bah oui tu n’as pas aimé, tu n’es pas la cible. Tu as essayé et ça n’a pas pris. C’est pas grave ! Chaque livre a son lecteur. Et puis je pense que ce genre de littérature commence à devenir lassante et surtout n’a plus aucune originalité. Elle s’essouffle dans les histoires mais bon il y a toujours autant de livres qui sort ! Va comprendre !!! Moi je l’adore ta chronique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *